Offrir aux enfants la normalité

Avec cinq déménagements depuis sa création en 1994, la nouvelle adresse du Relais Parental pourrait laisser indifférent. « Cette fois, nous sommes dans nos murs. La restructuration de nos services nous permet de nous installer dans une propriété de l’association», Annick Labourey, directrice des trois sites du Relais Parental est ravie. Au 3, rue de Terre Rouge la demeure est spacieuse. Elle peut recevoir 10 enfants, dont 8 en hébergement. Inauguration prévue le 8 novembre.

Il existe seulement 5 relais de ce type en France. « Le Roseau (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) qui vient en aide aux femmes chefs de famille, s’est rendu compte que lorsqu’une de ces mères de famille isolée est hospitalisée, il n’y a pas d’autres solutions que placer les enfants. Nous avons donc ouvert un appartement pour accueillir 6 enfants de 2 à 10 ans ». La tranche d’âge est, dans la réalité, beaucoup plus large, puisque le Relais Parental ne sépare pas les enfants d’une même famille. Autre principe essentiel, maintenir les enfants dans leur environnement social et médical. Ainsi, ils ne changent pas d’école, ni de dentiste…

Le Relais Parental ne se limite pas à l’accueil en cas d’hospitalisation du parent isolé (les mamans en général). Il répond aussi aux besoins de répit de ces adultes cabossés par la vie. Eux, dans certains cas, cherchent un travail, suivent une formation, ont besoin de temps pour souffler, et apprécient de laisser les enfants sous bonne garde.

Réactivité et solidarité

Depuis 1994, les objectifs du Relais Parental sont restés identiques. Lui, a même essaimé, avec une structure à Audincourt, calquée sur le modèle bisontin. Dans le Haut-Doubs, les enfants sont accueillis chez des assistantes maternelles, ce réseau est plus fonctionnel en milieu rural. Sinon, où installer une structure fixe ?

« Nous faisons face à la demande, en ville, comme à la campagne. Notre force, c’est la réactivité. Mais nous travaillons aussi sur la solidarité. Un père prévenu des enfants de santé de la mère de ses enfants peut, à cette occasion, retrouver son rôle.

Les mères qui demandent un répit, sont patientes, quand ce n’est pas possible dans l’instant. Elles se souviennent qu’elles ont eu besoin qu’on les reçoivent dans l’urgence à un moment ». Preuve que le Relais Parental n’est pas seulement un lieu d’hébergement, il a aussi le pouvoir d’enclencher un cercle vertueux.